L'alimentation des volailles
par Mr Jean-Claude MARTIN, Président d'honneur du B.C.F.

Suivant que la poule naine est élevée en claustration ou en liberté totale, son alimentation diffère. Plus la claustration est étroite, plus l'alimentation doit être équilibrée et surveillée. Or il faut bien dire que la plupart des poules naines, justement parce qu'elles sont peu encombrantes, disposent de peu d'espace; il faut donc les nourrir en leur fournissant tout ce dont elles ont besoin et qu'elles ne peuvent trouver librement.

Le "grain", c'est à dire les céréales est ce qui, dans l'esprit de chacun, sert à nourrir les poules, et donc les poules naines. C'est vrai, mais ce n'est pas suffisant, loin de là. La poule sauvage, la "Bankiva", trouve tout ce qu'il lui faut sur le terrain de son habitat, donc certainement des graines, mais sûrement très peu de céréales cultivées.

La poule "de ferme" telle qu'elle existait dans nos campagnes au début de ce siècle, recevait quotidiennement une poignée de grains. Pour le reste elle se débrouillait, c'est à dire qu'en parcourant la campagne elle trouvait d'abord énormément de verdure, ensuite de multiples insectes et même des vers de, terre, mulots, petits serpents et têtards qui complétaient largement un menu que l'on estime, à tort, végétarien.

Pour parler autrement, si le grain fournissait les glucides et quelques protéines végétales, la verdure amenait les sels minéraux, les vitamines et du lest alimentaire sous forme de cellulose et les proies vivantes le complément' nécessaire en protéines et lipides; or, elles font terriblement défaut dans l'univers où nous confinons actuellement la plupart du temps nos naines. Même si nous les laissons en liberté dans un parc de 1000 mètres carrés, celui-ci est sans doute dépourvu (ou il l'est après quelques jours de séjour des poules) d'insectes, sauterelles et vers de terre qui contribuaient à l'alimentation des poules élevées jadis dans une ferme de plusieurs dizaines d'hectares.

Si les céréales sont, et doivent rester, l'aliment de base des volailles naines, elles sont très insuffisantes à leur fournir l'ensemble des composants dont leur métabolisme a besoin. Il faut donc, d'une façon ou d'une autre, leur fournir un complément, sous des formes diverses, même si cela choque quelque peu l'écologiste qui se cache en chaque petit éleveur. Mais la nutrition animale a fait d'énormes progrès ces dernières années et les contrôles vétérinaires y sont si poussés maintenant que l'on peut estimer que là nourriture des animaux familiers, qu'ils soient chiens, chats ou poules naines, est mieux surveillée que celle des humains, toujours à la merci de quelque erreur commise involontairement par une cuisinière trop zélée ou un restaurateur trop pressé.

Les poules sont comme tous les animaux, hommes compris. Pour vivre, elles ont besoin d'eau, de protides, de glucides, de lipides, de sels minéraux et de vitamines. Le grain distribué seul ne peut tout leur fournir.

Vous choisirez donc de nourrir vos poules naines soit "naturellement", soit "artificiellement" soit par un dosage des deux. Mais, comme je l'ai dit plus haut ne croyez pas qu'une alimentation artificielle soit, actuellement, tellement loin de l'idéal naturel que vous aurez bien du mal à équilibrer.

Les céréales (le sacro-saint "grain") contiennent 12% de protéines. Les poules, pour vivre normalement, mais aussi pour nous fournir viande et oeufs, ont besoin de 18% de protéines dans leur ration. Si vous ne leur donnez que du grain, elles vont en surconsommer pour atteindre leur ration de protéines. Mais en même temps elles vont surconsommer des amidons et des sucres qui vont les faire engraisser au delà du raisonnable. Nous aurons des volailles naines obèses, apathiques, piètres pondeuses et très mauvaises reproductrices. Comment compenser ? En leur distribuant de la verdure, lest alimentaire peu nourrissant, mais aussi de la viande sous la forme qu'il vous plaira pour compenser l'absence de protéines. Pas toujours facile à réaliser!

Pendant des années l'on a compensé le déficit de protéines dans le grain par la distribution de tourteaux (protéines végétales) et de farines de viande et de poisson avec des résultats plus ou moins heureux sur la qualité. Aujourd'hui, les aliments artificiels pour volailles sont beaucoup mieux élaborés, dosant les protéines végétales et animales au mieux des besoins de nos naines.

Ces aliments sont de deux sortes :

  • Les aliments complets sont à distribuer seuls; ils contiennent tout ce qui est nécessaire à un parfait équilibre de la ration alimentaire.
  • Les aliments complémentaires qui doivent être donnés "en complément", comme l'indique leur nom, d'une ration de grains.

Qu'ils soient complémentaires ou complets ces aliments existent en diverses formules selon qu'ils sont destinés à de très jeunes sujets, à des poulets en croissance, à des pondeuses industrielles ou à des reproducteurs. En effet le dosage des diverses protéines et celui des vitamines (en particulier de la Vitamine E, essentielle pour la reproduction) différent selon que l'on veut obtenir une grande quantité d'œufs à consommer ou des œufs bons à mettre à couver avec le maximum de chances de succès. La composition diffère également légèrement avec l'espèce à laquelle sont destinés les aliments : poules domestiques, pintades, dindes ou gibiers. Pour nos naines il semble que l'aliment "gibier reproducteur pour les adultes et celui "dindonneaux" pour les poussins et sujets en croissance soient les meilleurs. Encore faut il veiller à ce que le calibrage de l'aliment "dindonneaux", en deuxième âge, convienne à nos poulets car il peut varier avec les marques.

La question de boisson a déjà été évoquée avec les abreuvoirs. Les poules ne boivent pas beaucoup; il faut cependant savoir qu'une interruption de la fourniture de boisson les stresse profondément et peut être rapidement fatale. Une seule journée sans boire peut compromettre toute une saison de ponte et de reproduction.

La verdure n'est pas indispensable quand l'on distribue une alimentation parfaitement équilibrée. Elle n'est jamais nuisible et constitue toujours une friandise appréciée. Distribuez en donc si vous le pouvez en veillant cependant à ce qu'elle n'ait pas subi trop d'apports en engrais artificiels ou, bien évidemment, en pesticides. Dans ce domaine les coupes de gazon, graminées en croissance rapide, sont excellentes, d'autant plus que bien calibrées, sauf si vous venez d'épandre de l'engrais autre que naturel sur votre gazon.

A ce propos sachez que le fumier de poule constitue un excellent engrais, en particulier pour le gazon. Je parle bien entendu de fumier, c'est à dire d'un mélange de litière et d'excréments déjà partiellement décomposé et où les excréments ne sont pas en excès. Les amas de crottes de poules utilisés sans mélange comme engrais brûlent la végétation.

Texte paru dans le bulletin N° 1 de L'ASSOCIATION AVICOLE D'EURE ET LOIR, avec l'aimable autorisation de Mr Daniel DADU ainsi que de l'auteur.

Copyright © Bantam Club Français

 

Sébastien et Valérie LACHAL Hameau de Lias 65100 BERBERUST-LIAS Tel : 05 62 94 31 01 |
| Copyright © ferme du Hunt-Cam |
N° de Siret : 484 962 212 000 11